Vacances en fauteuil roulant

Vacances en fauteuil roulant

Vacances en fauteuil roulant

Vacances en fauteuil roulant

 

Vacances en fauteuil roulant : Que faut-il prévoir ?

 

Avec cet article, nous souhaitons encourager les personnes handicapées à voyager et passer de belles vacances en fauteuil roulant. Peut-être êtes-vous vous-même en fauteuil roulant et n’osez-vous pas faire le tour du monde en avion. Ou bien vous faites partie de la famille ou du cercle d’amis d’un utilisateur de fauteuil roulant et vous voulez le surprendre avec un voyage et faire le plus de bien possible.

Quels sont les plus grands défis lors de vacances en fauteuil roulant ?

Il faut s’’assurer à l’avance qu’il y a des toilettes adaptées aux personnes handicapées sur le chemin des vacances. Pour d’autres petits problèmes, vous pouvez toujours compter sur l’aide de la personne accompagnatrice, mais l’utilisation des toilettes doit être garantit.

Il est également important qu’il y ait des toilettes pour handicapés dans la zone de l’hôtel, également à l’extérieur de la chambre adaptée aux handicapés, afin de ne pas toujours devoir compter sur une chambre adaptée aux PMR.

Les toilettes de l’avion sont-elles accessibles aux personnes handicapées ?

À l’aéroport, il n’y a généralement aucun problème pour trouver des toilettes pour handicapés. Dans l’avion c’est une autre histoire. Il faut boire moins, car les possibilités de toilettes pour handicapés dans l’avion ne sont malheureusement pas encore disponibles. On peut en effet demander avant le voyage un fauteuil roulant de bord dans lequel on peut être conduit aux toilettes, mais en raison de la petite taille des toilettes de bord, tout le monde ne peut pas les utiliser.

Faut-il faire une réservation séparée pour le fauteuil roulant ?

S’il n’y a pas de voyagiste derrière une réservation pour les personnes en fauteuil roulant et les personnes ayant un handicap moteur, les clients doivent s’occuper eux-mêmes de l’enregistrement. Cela signifie : enregistrement pour l’assistance à l’aéroport directement auprès de la compagnie aérienne et contact avec l’hôtel.
A l’aéroport, les utilisateurs de fauteuils roulants ne se sont pas enregistrés. Mais la manipulation sur place prend alors plus de temps. En principe, tout utilisateur de fauteuil roulant doit être transporté, qu’il soit enregistré à l’avance ou non. Il n’y a pas de contingents spéciaux pour le service ou le transport. Toutefois, il existe une différence pour les utilisateurs de fauteuils roulants non accompagnés : pour eux, le service doit être fourni jusqu’au siège et l’enregistrement préalable est donc obligatoire.

Si un passager handicapé ne peut être pris en charge en raison d’un handicap très grave et que l’aptitude du vol est donc remise en question, le pilote décide si le passager peut être emmené.

De quoi faut-il tenir compte lors du choix d’un hôtel et d’une chambre ?

Il est toujours important de dépendre le moins possible de l’aide. Cela commence par le transfert au lieu de vacances avec un transfert spécial avec une rampe disponible. De plus, il est avantageux que l’entrée de l’hôtel se trouve au niveau du sol ou soit accessible par une rampe, la présence d’un monte escalier ou d’une plateforme est un vrai PLUS. Lors du choix de l’hôtel, il faut s’assurer qu’il y a des ascenseurs, que l’hôtel est équipé sans tapis et qu’il n’est pas situé à flanc de colline, afin de pouvoir aussi faire des promenades sans trop d’efforts.

Dans la chambre elle-même, il est important de pouvoir « tourner ». Il est désagréable de rouler par exemple à reculons d’un endroit à l’autre et de ne pas avoir de vue sur l’avant. Il doit également y avoir suffisamment d’espace entre le lit et le mur. Afin de pouvoir prendre l’air sur le lieu de vacances sans avoir à quitter l’hôtel, assurez vous de l’existence d’une terrasse ou d’un balcon dans la chambre.

Dans l’équipement d’une chambre accessible aux handicapés, la plupart du temps, il y a une douche au niveau du sol. Une chaise mobile en plastique dans la douche est généralement suffisante pour les clients qui ne sont pas toujours dépendants d’un fauteuil roulant.

Ensuite, il y a quelques petites choses qui rendent la vie beaucoup plus facile. Par exemple, un espace de rangement réduit pour le sac et des cintres à hauteur de main. Avec le miroir, c’est toujours plus difficile, un miroir intégral aide beaucoup et vous n’êtes pas seulement dépendant du miroir de l’ascenseur.

Comment les autres clients ou le personnel de l’hôtel peuvent-ils aider au mieux ? Ou bien ne devraient-ils pas aider du tout ?

Evidemment, le personnel de l’hôtel ou les clients peuvent aider sur place. C’est bien sûr toujours une question de discrétion pour la personne concernée. Mais les employés de l’hôtel ne sont pas obligés de le faire, car cela ne fait pas partie du service standard. Par exemple, le conducteur de l’autobus de correspondance n’est pas obligé d’aider ou de transporter le passager handicapé dans l’autobus et/ou de démonter le fauteuil roulant. Ni le chauffeur de bus ni l’organisateur du voyage ne sont responsables des dommages de quelque nature que ce soit. Cependant, il n’y a rarement de problèmes lorsqu’on demande de l’aide à l’hôte, c’est une question de savoir vivre !



ultricies Aliquam venenatis, facilisis consequat. felis